Biosanto : graines bio réutilisables et bonnes pour la santé.

À l’inverse de la philosophie de Monsanto, Biosanto a pour projet de vendre des semences biologiques, rustiques, mais oubliées, qui apportent une facilité de culture : des graines qui se resèment toutes seules d’une année à l’autre.

Biosanto a pour but de favoriser la biodiversité, et la réglementation de la vente de graines dépend actuellement de législations européennes très contraignantes, au profit des lobbys de l’industrie agroalimentaire.

Actuellement, pour pouvoir être commercialisées, les graines doivent être inscrites dans le catalogue officiel des semences de l’Union européenne. Ces réglementations sont actuellement remises en question avec les négociations de l’accord de commerce entre l’Europe et les États-Unis (TTIP-TAFTA), et comme le disait Manuel Valls, la ligne rouge de ces négociations est la question du modèle agroalimentaire. Pourtant, les États-Unis souhaitent actuellement imposer les OGM en Europe, au premier rang desquels ceux de Monsanto.

En cette fin de mois de mars 2015 l’harmonisation des normes entre l’Union européenne et les États-Unis d’Amérique dans le cadre des négociations du traité de libre-échange TTIP ou TAFTA se bute au problème des pesticides et herbicides de Monsanto, qui est malheureusement le modèle agricole américain, à l’opposé du modèle d’agriculture bio et locavore à San Francisco.

Monsanto est un modèle d’agriculture cyniquement mercantile se faisant au détriment de la planète et de la vie, une agriculture contraire aux principes physiocratiques de création de valeur par la terre.

Explications en 3 minutes par France 4 :

Mais en septembre 2012, le Professeur Gilles-Éric Séralini a prouvé la dangerosité des OGM de Monsanto, et sa prochaine étude ne pourra plus être refusée par l’EFSA, l’organisme qui contrôle ces études, étant aux mains des lobbys agroalimentaires et pharmaceutiques. Lien pour comprendre ce qu’est l’EFSA.

Chacun peut soutenir la nouvelle étude historique du Professeur Gilles-Éric Séralini.

Le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll œuvre actuellement pour un modèle d’agriculture agroéologique, alors que les puissants lobbys agroalimentaires s’y opposent farouchement.

Sous la pression des lobbys de l’agroalimentaire, le Codex Alimentarius de l’Organisation mondiale de la santé a tenté en 1996 d’interdire  la phytothérapie, pour une médecine entièrement chimique et brevetée.  Lien sur Wikipédia.  Lien sur The Guardian.

Nous souhaitons donc pour commencer notre projet de vendre des graines légales peu connues et facilement cultivables, comme le coqueret du Pérou. Une plante se cultivant plus facilement que la tomate, et donnant un fruit comestible acidulé agréable et riche en vitamine C. Lien sur Wikipédia.

Étant donné leur facilité d’envoi par la poste, il est possible de diffuser facilement des graines réutilisables grâce à internet.

Biosanto souhaite pouvoir vendre des graines réutilisables de légumes et plantes vivaces, qui se resèment toutes seules d’une année sur l’autre, et n’a aucune volonté de commercialiser toute plante psychédélique ou nuisant à la santé.

Des projets similaires ont déjà germé : incroyables comestibles, graines de troc, Graines de Vie, la ferme de Sainte Marthe, etc., soutenons-les !

Si vous désirez être informé de l’avancement du projet biosanto par mail : 

Nous contacter: contact@biosanto.fr